Généalogie de la famille de PRELLE de la NIEPPE et de diverses familles alliées directement ou indirectement

Armes de Froidmont (Tournais)

Jean Froidmont

Nom
Jean Froidmont
Prénom(s)
Jean
Nom de famille
Froidmont
Naissanceoui

Décèsoui

Note
FRAGMENT GÉNÉALOGIQUE DES FROIDMONT Nous devons ce fragment généalogique au P. Vanderspeeten. La prochaine béatification du vénérable Berchmans donne un intérêt tout spécial à cette pièce. Jean Froidmont, qui appartenait peut-être à une ancienne famille belge de ce nom (traduit parfois par Caudenberg), unie aux plus nobles lignées du pays, était chanoine et grand-chantre de la cathédrale de Malines, lorsqu'il reçut dans sa maison, comme hôte et comme serviteur, le vénérable Jean Berchmans. Il n'avait qu'une sœur, Anne Froidmont, qui épousa Adrien Wiart, et devint mère d'une fille unique, Jeanne Wiart, héritière de tous les biens de son oncle. Celle-ci s'unit à Isembert Le Maire, qui lui donna huit enfants, tous morts sans postérité, à l'exception d'une fille dont nous parlerons plus bas. Ces enfants furent : 1° Henri, né le 25 mai 1627, mort le 15 novembre 1686. — 2° Jeanne-Martine, née le 31 décembre 1628, morte le 22 août 1653. — 3° Charlotte ou Caroline, née le 22 décembre 1631, morte le 28 mai 1667. — 4° Jean, né le 22 décembre 1633, mort le 17 septembre 1674. — 5° Robert, né le 18 août 1640, fut Primus de Louvain, religieux de Saint-Denis, et mourut le 30 octobre 1667. — 6° Catherine, née le 4 mars 1644, mourut subitement le 8 mars 1707, après avoir été mariée à Jacques Tacquenier, et, une seconde fois, à Albert Robaux. Elle eut un grand nombre d'enfants de ses deux maris. — 7° Thérèse, née le 23 décembre 1643. — 8° JeanneClaire, née le 18 décembre 1645. — Catherine eut de son premier mari, Jacques Tacquenier, cinq enfants, que nous donnerons après avoir nommé les trois enfants qu'elle eut de son second époux, et qui moururent avant l'âge adulte. Ce furent : 1° Marie-Joséphine, née le 21 janvier 1677. — 2° Henri-Joseph, né le 5 mai 1578. — 3° AlbertJoseph-Gommer-Antoine, né le 1er septembre 1679. Les enfants du premier lit furent : 1° Jacques Tacquenier, né le 6 mars 1664, qui épousa Marie-Thérèse Des Cams, et laissa une postérité qui se trouvera plus bas. — 2° et 3° Charles et Dominique-François, jumeaux, nés le 27 octobre 1665, et morts après leur baptême. — 4\" Pierre, né le 18 juillet 1666, mort après son baptême. — 5° Agnès, née le 31 août 1667, qui épousa Ferdinand L'Allemand. Ses enfants viendront après la postérité de son frère. — Enfin 6* Anne-CatherineRose, née le H avril 1669, après la mort de son père, et Visitandine à Mons. De Jacques Tacquenier et <le Marie-Thérèse Des Cams naquirent: 1° Agnès-Rose Tacquenier, née le 13 juin 1679, qui épousa CharlesAndré Patoul, et mourut en couches, à Mons, avec son premier enfant, l'an 1719. — 2° Albert Tacquenier, né le 17 juin 1694, marié à MarieFrançoise Bissian, dont il eut une fille, née le 1er (avril ou bien août) 1724, qui demeure pour le moment avec ses tantes à Mons. La mère de cet enfant se remaria avec N. Du Mont, après la mort d'Albert, arrivée le 17 juin 1724. — 3° Catherine-Thérèse, née le 15 juin 1703, épousa N. Bissian, dont elle n'eut point d'enfants. Après la mort de celui-ci, elle contracta un second mariage avec N. Floricourt, premier des magistrats de Mons, et en eut un fils, Philippe-Nicolas-François-Joseph Floricourt, né le H novembre 1738. Du mariage d'Agnès Tacquenier avec Ferdinand L'Allemand naquirent: 1° Alexandrine L'Allemand, née à Malines,le 1\" janvier 1704, épouse de Charles-André Patoul, dont elle eut : a) Marie-Agnès Patoul. — 6) Ignace-Thomas-Joseph Patoul. — c) Dominique-Xavier Patoul. — Leur mère mourut le 3 mai 1746. 2° Rose L'Allemand, née le...., épousa, le 25 janvier 1727, Louis Mahieu, qui demeure à Bruxelles. II y a un enfant, Ferdinand Mahieu, étudiant en droit à Louvain. La valeur de ces données généalogiques repose sur la déclaration suivante: « Nous soussignés notifions et attestons que cet arbre généalogique, en tant que nous avons pu le rédiger sur les registres de baptême, sur les témoignages de personnes dignes de foi et sur des documents authentiques, embrasse dans son entier la légitime postérité d'Anne Froidmont ou des héritiers de. son frère Jean Froidmont, de son vivant chanoine et chantre de l'église métropolitaine de Saint-Rombaut à Malines. En foi de quoi nous avons soussigné, à Mons, le 10 septembre 1746. » (Signé) P. J. Du Mont, curé de Saint-Germain, doyen de Mons. » P. Clemens Agarans, S. J. »
Note
Objet médiaArmes de Froidmont (Tournais)Armes de Froidmont (Tournais)
Format : image/jpeg
Dimensions de l’image : 398 × 557 pixels
Taille du fichier : 85 Ko
Type : Armoiries
Objet médiaArmes de Froidmont (Hainaut)Armes de Froidmont (Hainaut)
Format : image/jpeg
Dimensions de l’image : 395 × 559 pixels
Taille du fichier : 90 Ko
Type : Armoiries