Généalogie de la famille de PRELLE de la NIEPPE et de diverses familles alliées directement ou indirectement

Basilius Ier Mamikonid le Macédonien de ByzanceÂge : 68 ans818886

Nom
Basilius Ier Mamikonid le Macédonien de Byzance
Prénom(s)
Basilius Ier
Nom de famille
Mamikonid
Suffixe du nom
le Macédonien de Byzance
Naissance 818
MariageEudokia Ingeneria MamikonianAfficher cette famille
oui

Naissance d’un fils
#1
Léon VI « Le Philosophe » Mamikonid de Macédoine
19 octobre 866 (Âge 48 ans)
Profession
Empereur de Constantinople de 867 à 886

Décès 29 août 886 (Âge 68 ans)

SourceArbre d'Éric de Hults sur Geneanet.org
Note
Son enfance et son ascension nous sont notamment connues par l'œuvre de Jean Skylitzès, Synopsis Historion. Issu d'une famille de paysans arméniens établis en Macédoine, il serait selon l'auteur byzantin également descendant d'un lignage arménien illustre, celui des Arsacides. Sur son enfance, Jean Skylitzès raconte qu'il aurait été capturé avec sa famille par Krum (en bulgare ????), khan des Bulgares, lors de la prise d'Andrinople avant de revenir dans sa patrie « grâce à la bienveillance divine ». Quittant la Macédoine pour Constantinople, il est enrôlé par un homme du nom de Théophilitzès, proche de l'empereur et du César Bardas. Remarqué par l'empereur Michel III, il devient d'abord simple écuyer, et devient, grâce à sa beauté et à son adresse à dresser les chevaux, son favori, le faisant prôtostrator et lui faisant épouser sa maîtresse. Jean Skylitzès raconte également que Bardas et Léon le Philosophe auraient prédit que Basile causerait la perte de la lignée de l'empereur. Or, très proche de l'empereur, il pousse celui-ci à éliminer son oncle maternel, Bardas, en 866. Michel III le nomme alors co-empereur, avant de se faire lui-même assassiner par Basile un an plus tard. Basile fonde ainsi la dynastie macédonienne sous laquelle l'empire byzantin atteint son apogée. Basile Ier est un homme sans scrupule mais un politique sage et avisé. Il rétablit par des économies drastiques le trésor précédemment dilapidé par Michel III. Il refoule méthodiquement les Arabes de l'Asie mineure, détruit leur allié paulicien (prise de Téphrikè en 878) et rétablit l'autorité byzantine sur l'Italie du sud. Ainsi il s'empare de Tarente en 880. Dans le domaine religieux il relègue dans un premier temps le patriarche Photius, cousin de son prédécesseur, dans un couvent, puis le rétablit dans ses prérogatives en 878 et le confirme à son poste par le pseudo-synodus photiana en 879 au VIIIe concile œcuménique des Grecs. Les relations avec Rome s'améliorent aussi quand l'empereur accepte en 869/870, lors du VIIIe concile œucuménique de Constantinople qui avait condamné Photius, de rétablir Ignace comme patriarche et de rentrer dans la communion romaine. Basile Ier et son fils LéonEnfin dans le domaine législatif Basile Ier entame la grande œuvre poursuivie par ses successeurs ("la purification des Lois"), et en particulier Léon VI, par la publication du Prochiron et de l'Épanagogè. Ce recueil des lois impériales est connu sous le nom de Basiliques. On a de lui un traité de l'Art de règner adressé à son fils Léon (publié à Palerme, 1584, grec-latin, et traduit en français par dom Percheron, 1590). Il avait commencé en 877 un recueil de lois en 60 livres, que son fils termine et qui est connu sous le titre de Basiliques : c'est une traduction grecque des Institutes, du Digeste, et du Code Justinien, avec des compléments. Ce recueil est publié en 1647 à Paris par Fabrot, 7 volumes in-folio, et à Leipzig, par Heimbach, 1831-1849, 5 volumes in-4. Enfin, c'est sous son règne que la Grande Église de la Néa est construite, et consacrée en 880. Basile Ier meurt en 886, à l'âge de 73 ans, après un règne de 19 ans. Source: Eric de Hults sur Geneanet.org.